Petits bonheurs #10 – avril et mai 2020

Avril et Mai ont sonnés à eux deux les temps fort du confinement et sa fin, bien que progressive. Tout du moins pour la plupart des gens. A l’heure où j’écris cet article, je suis encore confinée. Moins. Mais confinée. Je dois avouer que jamais je n’aurais pensé mon asthme m’obligerait à garder le domicile. Mais un virus difficile à cerner et le médecin préfère appliquer le principe de précaution. Cela m’a semblé étrange de prime abord. Mais la santé. Sans elle que ferions-nous? Alors je n’ai pas eu envie de jouer les rebelles. Ça tombe bien, ce n’est pas exactement dans ma nature.
J’ai choisi de continuer d’optimiser ce temps que l’on me donne. Pas de transports, une préparation de mes cours optimisée, je ne termine plus mes journées après 18h (gros changement) et cela me permet de faire des choses pour moi. Comme coudre. J’en ai d’ailleurs profité pour coudre pour d’autres. Des tabliers japonais aux affaires de bébés, j’explique tout sur mon compte instagram,en story à la une. Je ferai bientôt un récap’ de mes cousettes du confinement, du moins celles que j’ai gardé pour moi. Mais celle dont je suis la plus fière parmi les terminées à ce jour, c’est cette robe, en triple gaze de coton, au dos complètement ouvert. Elle est légère mais avec une belle tenue grâce à son corsage entièrement doublé. Elle est signée Charlotte Auzou et vous pouvez retrouver le patron dans ce livre. Je reviendrai plus en détail sur les patrons de Charlotte Auzou, car j’en ai d’autres en cours et je suis absolument sous le charme. Ils sont clairs, faciles à exécuter et avec un tombé impeccable. Associés à de beaux tissus, on obtient des robes sur mesure qu’on porter et ne jamais enlever.



Séries et films

L’exception à la règle

La fin des années 50, Hollywood, des personnages un peu doux, un peu fous. Mélangez bien et vous obtiendrez The rules don’t apply. Le film se voulait un biopic d’ Howard Hughes, cependant on regarde plutôt une jolie romance avec un triangle amoureux. Ce dernier apparaît au spectateur tardivement dans l’histoire, même s’il est bien présent dès les premières minutes.  Les personnages sont bien campés par les acteurs et quel bonheur de retrouver Lily Collins. Au final ce sont les deux acteurs principaux qui font tout le film, avec l’histoire d’amour de leurs personnages. Un joli film au final, mais très différent de ce qui était attendu au départ, avec mention spéciale pour les décors et les costumes.


Le sexe en bref

Une mini série extrêmement bien faite, composée de 5 épisodes de 20 minutes chacun. Chaque épisode est dédiée à une thématique spécifique: fantasmes sexuels, attirance, contraception, fertilité et le dernier sur l’accouchement.
Je l’ai dévorée, elle est extrêmement intéressante, je ne regrette qu’une chose c’est qu’elle ne soit pas plus développée! J’aurais aimé que certains sujets soient aussi bien abordés dans les cours d’éducation sexuelles que j’ai eu au collège et au lycée qu’ils le sont dans cette série. Ne serait-ce que sur la contraception, cet épisode est pour moi d’utilité publique! J’ignorais certaines choses sur l’histoire de la pilule, sur les possibilités en termes de contraception masculine… Et que dire de l’épisode sur l’accouchement! S au début de l’épisode i j’ai eu un peu peur qu’il y est un parti pris, au final il s’agit simplement d’un épisode où les femmes interviewées donnent leur ressenti et c’est tout. Pas de prosélytisme en faveur de la péridural, de l’accouchement naturel, etc. Non. Simplement des témoignages éclairés. Un bonheur.


The English game

Je ne suis pas une grande fan de foot. J’ai dû voir 2 ou 3 matchs dans ma vie pour ainsi dire… Une des choses qui m’agacent le plus autour de ce sport, c’est le brassage d’argent qui atteint des sommets d’indécence dans certains clubs. Mais cette petite série (8 épisodes de 45 min) permet de mieux comprendre pourquoi le football est tel qu’on le connaît aujourd’hui.
Fin du 19° en Angleterre, les clubs sont tous amateurs. Les joueurs ne sont pas payés, on joue dans le club de sa ville ou de son école. D’ailleurs les équipes les plus importantes et fondatrices sont des équipes issues des grandes écoles, comme Eton.
Bien entendu, les équipes des grandes écoles et les équipes ouvrières s’affrontent rarement, puisque les équipes ouvrières se font rapidement éliminer.
Et pour cause! Les ouvriers ne peuvent s’entraîner autant s’ils veulent gagner suffisamment d’argent pour subvenir aux besoins de leurs familles. Dans cette série on est donc témoin du changement qui s’opère quand certains joueurs commencent à être rémunérés, quand des clubs commencent à se former non plus autour du lien social mais autour des compétences sportives des joueurs.
Les affrontements psychologiques et sportifs sont bien réalisés et la photographie de la série m’a beaucoup plu!



Lectures

Terre-Dragon, Le souffle des pierres


Terre-Dragon – Erik L’Homme

Cette saga en trois tomes dès 10 ans a été l’occasion de retrouver la plume d’Erik L’Homme et son imaginaire que j’avais adoré dans la saga du « Livre des étoiles ». Pour moi le livre des étoiles reste son chef-d’oeuvre mais Terre Dragon est peut-être plus abordable pour les enfants dès 9 ans. Une aventure tour à tour en bateau ou à pied sur des chemins où les ennemis surgissent sans prévenir… A moins que ce ne soient nos héros qui nous surprennent le plus?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s