Une couronne facile et touffue

La couronne c’est un basique de noël. Pourtant beaucoup sont effrayés à l’idée de créer eux-mêmes la leur.  La forme, ce cercle, cet infini. Les matériaux, ces branchages sauvages, l’apparence indomptée du sapin. Malgré tout, le résultat attire l’oeil et l’on a vite envie de se lancer.

Alors j’ai eu envie de partager ma méthode. En réalité ce n’est pas vraiment la mienne. La mère de mon chéri m’a appris il ya quelques années à les faire.
Une fois que l’on a compris la technique, les déclinaisons sont multiples. On peut imaginer des couronnes florales, feuillues ou suspendues au plafond. Celle de cette année est visible en entier juste ici!

Assembler les feuillages:
Dans un premier temps, je recupère un cercle d’enjoliveur. C’est peut-être peu commun, mais pour les couronnes larges comme celles que je réalise à noël, c’est l’idéal. C’est très facile à trouver, il suffit de surveiller le bord des routes passantes. Personnellement j’habite près des bords de Seine dans les Hauts-de-Seine, et ce sont des voies très passantes, qui permettent d’accéder aux centres économiques comme La Défense.
Et qui dit passage, dit accrochages. Qui dit accrochages, dit cercles d’enjoliveur pour les couronnes!

Puis, quand la saison vient, je récupère du sapin. Vous pouvez en trouver dans les forêts près de chez vous ou bien si comme moi vous êtes en ville, les fleuristes en vendent parfois. Cette année j’ai acheté un peu de branchage et j’avais un sapin avec une branche basse en trop. Je l’ai coupée et ai pu ainsi récupérer un branchage différent du premier. J’ai mélangé plusieurs types de sapins différents. Cela permet de varier les couleurs, les textures et le volume.

 

Je coupe mes grandes branches pour en obtenir de tailles moyennes. Il n’y a pas de règle en ce sens, mais c’est ainsi que j’aime travailler mes couronnes, avec beaucoup de branches moyennes pour augmenter le volume a des endroits bien précis.

Une fois mes branches prêtent, mon cercle propre (souvent plein de crasse quand je le récupère sur le bord de route) je m’assure d’avoir assez de fil. Là encore pas de règles. J’ai appris avec du rafia, mais j’apprécie aussi de travailler avec du fil de fer, qui maintient bien la prise et est résistant.

IMG-9031.JPG

Je pose une première branche assez longue, en général ma plus grande. Puis je pose par dessus une autre branche. C’est à partir de ce moment que j’alterne les différents types de branchages, pour créer mon volume et jouer avec les couleurs.

L’idée est simple, je pose ma branche par dessus la première, en décalant un peu la tête de la seconde branche vers le bas.

Une fois ma branche en place je passe mon fil de manière à ce que le fil entoure à la fois le cercle à la branche. Avant d’arriver à la fin de la branche, j’en ajoute une autre qui chevauche légèrement la précédente, répète l’opération avec le fil et ainsi de suite.

Une fois la base terminée, je finis les détails en ajoutant de plus petites branches là où j’en ai envie, selon ce que j’ai envie d’avoir comme résultat. Puis je passe à la décoration.

Décorer la guirlande:
Je prends mon temps à chaque étape, bien sur, mais encore plus à celle-ci. Je regarde les détails des décorations, je jauge l’équilibre visuel. Voici des détails de celle de cette année, et pour le résultat entier rendez-vous ici!

P1011786.JPG

P1011783.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s