Petits bonheurs #8 – Décembre

Décembre est un mois que j’aime car il sent les épices, la famille, les amis… et les cadeaux! Mais qu’il passe vite, c’en est presque triste!  En mettant de l’ordre dans mes souvenirs de Décembre je réalise à quel point j’ai la sensation de ne pas m’être réellement posée, pour profiter de l’instant présent, mais c’est bien à cela que sert janvier. Faire le point et se reposer en attendant le printemps. Lecture, expo, cocooning sous la couette, je vous donne mes petits bonheurs pêle mêle.

Sorties

Agenda - Tolkiendil

Tolkien – Exposition

Je n’étais clairement pas prête pour la beauté et la richesse de cette exposition! Si au début j’ai pensé voir une exposition sur l’oeuvre de Tolkien, je ne m’attendais pas un on contenu aussi complet, abordant la complexité de l’oeuvre de Tolkien de manière fluide et agréable. Les documents, livres, objets filmes et audios présentés s’accordent tout au long d’un parcours pensé pour que le visiteur puisse, à partir d’un point de départ bien connu, approfondir ses connaissances et sa compréhension de l’auteur.
J’ai particulièrement aimé le fait que cet approfondissement soit libre de choix. On peut tout aussi bien se concentrer sur de grandes thématiques qu’aller dans les petits détails sans perdre que cela perde en cohérence. Un autre gros plus est pour moi la grande esthétique de l’exposition. On aurait pu se retrouver dans une exposition remplie d’éléments des films, mais au lieu de cela, les épées se tiennent au côté de livres enluminés et de manuscrits de Tolkien. La fin nous dévoile l’ami et le père qu’il était également, avec pour ma part un amour pour les « Lettres du père noël » qu’il a écrit à ses enfants pendant plus de 20 ans, et qui décrivent la vie et les aventures du père noël et du grand ours polaire, avec force de détails et d’illustrations. Une pure merveille dont je vous parlais dans cet article et que vous retrouvez dans la bibliothèque ici et ici.

Livres

Ces Jours Qui Disparaissent - Edition Spéciale 50 ansCes jours qui disparaissent – Timothé Le Boucher
Un roman graphique d’une beauté extraordinaire qui m’a touché en plein coeur. Que faire, lorsque 1 jour sur deux de votre vie disparaît? Lubin va devoir vivre ainsi, avec les modifications que celà entraine sur son travail, ses relations avec ses amis et sa famille, et à travers son histoire, c’est notre rapport aux choses essentielles qui est questionné. Comment vivons-nous pleinement le temps qui nous est donné?

 

 

Le Port des Marins Perdus
Le port des marins perdus – Teresa Radice et Stefano Turconi

Se réveiller sur une plage, ne pas savoir qui l’on est. Et puis choisir d’aider les 3 filles d’un marin déshonoré, disparu avec un trésor national. Sympathiser avec une prostituée et parler de poésie et de la vie. Et quel est ce port qui n’apparait que pour certains et dont personne ne revient?

A travers ces rencontres, Abel va se créer une identité, à moins qu’il ne retrouve tout simplement celle qu’il a perdue.

 

 

Jefferson

 

Jefferson – Jean-Claude Mourlevat

Sur les conseils d’une amie j’ai découvert de roman jeunesse d’une poésie surprenante. Un polar improbable, où un hérisson doit élucider le meurtre d’un blaireau dont il est accusé. Meurtre commis par des humains, vivants dans la ville voisine. Pourquoi? Par qui?
Un roman où la plume de Jean-Claude Mourlevat s’habille de poésie et de fourure pour nous parler des animaux,  des rapports que nous entretenons avec eux, et nous faire réflechir, tout en nous faisant rire.

 

 

Séries

Soundtrack – Netflix

Lorsque cette série m’a été suggérée par Netflix, j’appréhendais une sorte de Glee pour adultes sur fond de chansons d’amour. Mais il semble que l’algo-rythme Netflix me connaît mieux que ça. Ce qui est à la fois impressionnant et un peu flippant.
Soundtrack est une série qui défend le point de vue d’un protagoniste, les chansons sont toutes des chansons d’amour. Passion, désir sexuel, amour filial, parentale, amitié,… Tant d’amours, tant de possibles. J’ai apprécié que les chansons ne soient pas réinterprétées, mais que les originales soient utilisées, parfois même en Mash-up. Les font alors une inteprétation jouée en play-back, très convaincante qui apporte un autre regard sur ces chansons, créant une nouvelle histoire.
Le plus gros avantage de cette petite série (10 épisodes!) est pour moi la double, voir triple trame temporelle, étoffée d’une photographie variable, ce qui permet au spectateur de se repérer intuitivement, avant même d’avoir conscience de la multiplicité des trames temporelles.
En un seul épisode je me suis attachée aux personnages, à leur poésie, leurs fragilités. Le personnage central, Sam, musicien et père veuf qui se bat pour son fils, Nellie, artiste et amoureuse qui se fait quitter brutalement ( une rupture sur Elastic Heart de Sia! Comment ne pas dire oui?). Joanna, danseuse sans emploi, Margot et Frankie, des parents en quête de différence et de reconnaissance.
Des portraits touchants, percutants et pertinents. Tout est juste, tout est beau. Et tout commence avec un déménagement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s